header bg

ALIMENTATION: se préparer à la Mascareignes

Jean-François qui s'envolera à la Réunion pour courir le trail de Mascareignes fin octobre, nous explique comment il appréhende l’événement d'un point de vue de l'alimentation.

Changes-tu quelque chose dans ton alimentation quotidienne en fonction du GRR ?


D’un naturel « bon vivant » je suis obligé de faire attention avant une telle course. J’évite autant que possible tout excès, à commencer par les apéritifs alcoolisés (je m’octroie tout de même quelques pauses au houblon, histoire de bien compléter mon hydratation…). Je troque les viandes grasses pour de la volaille ou du poisson, et j’évite les sauces. Plus je me rapproche de l’échéance, plus j’augmente la fréquence des repas-pâtes pour augmenter le stock de glycogène. Attention, il faut les manger al-dente sinon les apports ne sont pas les mêmes pour l’organisme.

[ATTACH=full]72341[/ATTACH]



Testes-tu des aliments à l’entrainement ?


Je l’ai fait il y a quelques années. Maintenant, je suis habitué aux barres céréales et aux gels énergétiques (antioxydants) alors je n’en change plus beaucoup. Le comparatif proposé sur le site http://team.fr.raidlight.com/blogs-article/comparatif-des-gels-energetiques-du-marche-version-2015.31245/ est toutefois très instructif.

Côté nouveauté, dès qu’un produit peu ou pas sucré sort je le teste. Après quelques heures de course, j’ai l’impression d’avoir un sucrier dans la bouche ! A ce moment, j’ai juste envie d’une eau gazeuse salée voire des chips au vinaigre !

Sur les trails, lors des ravito solides, je prends tout ce qui est salé. Sur l’eco-trail de Paris, je n’ai jamais autant apprécié les rondelles de saucissons secs ! Il y a quelques années, en Charente-Maritime, on a eu droit au petit verre de vin blanc et aux huîtres ! !
Qu’as-tu appris de tes expériences sur l’alimentation à l’effort et au quotidien ?

C’est une évidence de dire que c’est du carburant. Mais à l’inverse du moteur à explosion, il faut beaucoup anticiper et faire évoluer son alimentation en fonction de ses échéances.

Venant de la route, j’ai toutefois le sentiment que le trail impose plus une préparation physique, mentale et matérielle que nutritionnelle. L’alimentation est importante mais les courses sont tellement longues qu’en mangeant équilibré et varié toute l’année, on prépare le corps doucement à ce type d’effort. J’ai déjà payé (cher !) les fringales lors de course en montagne. C’est durant l’effort qu’il faut (se forcer à) gérer son alimentation !

[ATTACH=full]72340[/ATTACH]

Nombre de vues : 3846 5 commentaire(s)
Cyril V. - 02/09/2015 20:57:44

Bonne préparation ét bonne course

Répondre Signaler
MATTHIEU C. - 02/09/2015 21:11:49

Bonne préparation et bon courage.
Prends du plaisir et profite bien des paysages.

Répondre Signaler
Anthony L. - 02/09/2015 21:27:51

comme pour l'hydratation, il faut s'alimenter sans attendre d'avoir faim

Répondre Signaler
Karine M. - 02/09/2015 22:03:49

Bonne préparation à toi Jean François.
Et profites bien de la superbe ambiance de là bas !

Répondre Signaler
jean-michel p. - 03/09/2015 08:31:28

Bonne préparation

Répondre Signaler