header bg

15-18 Juillet 2019 : Les deux Saint-Bernard

Je voulais refaire un petit voyage avec mon nouveau vélo de rando, et j'ai trouvé une occasion avec 2 objectifs : rendre visite à mon fils, et enfin franchir le col du Grand Saint-Bernard, qui m'avait échappé lors de la BTR2019.

[COLOR=#0000b3]La Suisse directe par le Mont-Blanc[/COLOR]
Mon fils travaille à Sierre dans le Valais suisse cet été, et j'adore cette région. C'est ce qui m'a décidé pour établir mon parcours. Je prévois donc 2 jours pour aller, et 2 pour revenir, car c'est à près de 200 km, trop loin pour une seule étape avec un vélo de voyage, chargé comme une mule.

[ATTACH=full]140177[/ATTACH]

Je pars donc ce lundi matin direction Chamonix, et je fais étape au camping des Montets à de Vallorcines. Nous y avions passé une nuit en 2015, et je savais qu'il était sympa. Je confirme, il est super. Avec une randonneuse, il faut ré-étalonner ses capacités : ça n'est pas du tout les mêmes moyennes et la même difficulté qu'en vélo de route. Guère plus de 100 km, et moins de 2000m de dénivelé, mais c'est déjà une grosse journée dans cette configuration.

[ATTACH=full]140176[/ATTACH]

Après une bonne nuit un peu fraîche sous ma tente, j'appareille assez tard car il me reste peu pour rejoindre ma destination. Après la frontière et le col de la Forclaz, je me laisse descendre jusqu'à Martigny, pour ensuite enquiller les 40 bornes de plat jusqu'à Sierre. J'y arrive vers 15H30, et Martin fini à 18H00, donc je prends le temps de faire un peu de repérage en vue du restau pour ce soir.

[COLOR=#0000b3]Le Valais est une belle région[/COLOR]
Pour ceux qui ne connaissent pas, ce coin de la Suisse est vraiment à découvrir. C'est entouré de hautes montagnes, mais le climat est exceptionnel. Il y fait très chaud, et c'est couvert de vergers et de vignes. On dirait le Sud, comme disait Nino Ferrer ! Ça rappelle la Vallée d'Aoste, qui est l'équivalent en Italie, juste à côté.

Lorsque Martin rentre de ses vergers, nous allons faire un tour, et après la douche, nous dégustons un super repas dans un restaurant que j'avais repéré l'après-midi : le National. Nous nous couchons assez tôt, car le lendemain, il bosse à 6H00, et moi je dois reprendre la route

[COLOR=#0000b3]Retour par l'Italie, et les deux Saint-Bernard[/COLOR]
Lors de la BTR en Juin, je devais franchir le Grand Saint-Bernard pour aller de Gruyères à Turin, mais la météo nous en a refusé l'accès, nous obligeant à un grand détour. Je profite donc de l'occasion pour m'y frotter, mais la monture n'est pas la même. 50 km de montée, et 2000 m de D+, ce n’est pas grand-chose en vélo de route, mais avec mon semi-remorque aux sacoches remplies, c'est une autre histoire ! Je passe le col vers 14H30, et je profite du premier restau côté italien, pour manger une pizza, et échapper aux tarifs suisses...

[ATTACH=full]140179[/ATTACH]

Je visais Morgex dans la vallée d'Aoste, juste avant d'attaquer la montée vers le petit Saint Bernard, mais les morsures du soleil dans cette chaude vallée d'Aoste m'ont mis à mal, et je m'arrête quelques kilomètres avant, au camping d'Arvier. Bien plus cher, et bien moins tranquille que celui de Vallorcines, mais j'ai la chance d'y rencontrer Bruno et Carine, grand voyageurs à vélo et à pieds. Ils sont là pour s'entrainer à marcher sur le parcours du Tor des Géants, en vue d'une expédition en inde et au Zanskar. Nous passons un bon moment ensemble avant d'aller dormir.

Je repars tôt le jeudi matin, car l'étape qui m'attend est la plus costaude de mon mini-périple : col de Petit Saint-Bernard, puis Cormet de Roselend pour rentrer à la maison...

[COLOR=#0000b3]Beau voyage, mais je finis épuisé[/COLOR]
Je quitte donc la vallée d'Aoste, que je retrouverai en Septembre pour le Tor des Géants, en passant par La Thuile, et le Petit Saint-Bernard. Contrairement à ce que le nom peu laisser croire, ça n'est pas un petit col, mais une montée de 40km et 1500 D+, pour arriver à presque 2200m. Je passe en France vers 11H00, et j'entame aussitôt la descente vers Bourg Saint-Maurice. Parti avant 7H00, je fais ma première pause à la station de La Rosière 1850. Café, Tarte aux Myrtilles, Coca, et fondant au chocolat. Je peux tenir un moment avec ça.

[ATTACH=full]140180[/ATTACH]

La descente est une formalité, mais ensuite, il faut à nouveau grimper pour passer le Cormet de Roselend, et par cette face, la montée est redoutable. En cette après-midi très chaude, je cuis sous le soleil du Beaufortain. Beaucoup de cyclistes : le parcours est préparé pour l'étape du tour qui passera ici dimanche prochain. J'arrive à Beaufort un peu avant 16H00, et j'y déguste une bière et un sandwich ... Au Beaufort, évidemment.

Il me reste 40km, avec un petit col (la Forclaz de Queige), qui achève de me mettre minable. Même la piste cyclable après Ugine est difficile, avec comme toujours le vent de face. Grosse journée avec 150 bornes et plus de 3000 D+, mais avec un vélo de voyage, c'est énorme.

Au total sur 4 jours, ça représente 460 km, et environ 7500m D+, avec 5 grands cols. Comme à chaque fois, il me faudra plusieurs jours pour récupérer.

Nombre de vues : 309 3 commentaire(s)
Eric B. - 31/07/2019 16:40:33

Magnifique !

Je viens de terminer, avec ma femme, le tour de bretagne à vélo. O9n s'est organisé ça tout seul comme des grands et j'ai bien pensé à toi... Mon vieux vélo pesait une tonne et je n'avais pas de col à faire... enfin si, j'en ai fait 1 à 211 m d'altitude :D:D:D:D:D ainsi qu'un "sommet" à 73 m :eek:o_O:rolleyes::rolleyes::D:D:D

Ha le voyage à vélo, c'est quand même le top du top... j'adore ça !

Bonne route à toi !

Répondre Signaler
Dominique G. - 01/08/2019 16:59:35

Le tour de la Bretagne à vélo, c'est pas facile...
Pour l'avoir traversée lors de la BTR 2018, j'ai bien vu que ça n'est pas plat ! Même s'il n'y a pas de grands cols...
A quand le CR ?

Répondre Signaler
Eric B. - 02/08/2019 13:13:37

non pas de CR c’etait une balade de vacances avec ma femme :D

et effectivement : c’est pas plat !

Répondre Signaler