header bg

Garonna Trail: une rentrée boueuse…

CR de la course
Dimanche dernier en me levant pour prendre le départ du trail du Pastel, qu’elle fut ma surprise en voyant toute cette neige, j’ai donc décidé de ne pas m’y rendre car je n’étais pas forcément à coté du départ. Du coup lundi matin, mon envie de compétition à repris le dessus et me voilà inscrit pour la 1ère édition du Garonna Trail à Gagnac sur Garonne, sur le parcours de 22kms, autant en profiter non?
Après un déjeuner en tête à tête avec le fiston Thomas (oui manger à 11h45, c’est pas tous les weekend que ça m’arrive, on est plutôt à l’heure espagnole ici…) , me voilà parti pour Gagnac à une vingtaine de kilomètres de chez moi, il y a déjà du monde partout, étant donné que c’est un petit bled, il n’y a pas 50 parkings et tout le monde se gare là ou il peut. Je trouve une impasse, ou je croise Pierre, le photographe de l’Athlé 632 de Tournefeuille qui est sur quasiment toutes les courses de la région, un vrai passionné, il lui arrive même de participer à quelques épreuves je crois.
Il fait pas chaud du tout, je pars récupérer mon dossard, à l’espace Garonne, on me remet le remet avec la puce de chronométrage et comme cadeau, un buff/bonnet polaire rouge sérigraphié Garonna trail, pas bête du tout, ça servira et surtout ça change du tee shirt.
Il est 13h30, je fini de me changer, je vais en profiter pour peaufiner le test des vêtements Ronhill, première erreur je vais partir trop couvert, notamment avec la veste, lors de l’échauffement j’avais assez froid du coup j’étais conforté dans l’idée de partir comme cela, mais durant la course je le regretterai. Les favoris sont là comme Miquel ou encore Rémy Jegard, David Lorrain (qui lui pour la peine est vêtu comme un marathonien, en très court :-) )
14h00, il est temps de prendre le départ, première nouvelle, le départ est commun, c’est à dire les 400 participants sont sur la même ligne quelque soit le parcours qu’ils aient choisi, le 10,5kms ou 22kms. L’avantage de ça, c’est que la chaleur humaine dégage énormément de calories et du coup on se réchauffe pas mal, il y a pas mal d’excitation, le départ va être donné…
On est parti, comme à l’habitude, ça envoi sévère, tout le monde essaye de se placer, puis le fait que les deux circuit partent ensemble, on à pas forcément les même allure, peut importe, je temporiserai plus tard, il faut pas non plus se retrouver derrière une grosse foule pour après galérer à remonter tout le peloton qui plus est dans la boue, du coup je boucle les deux premiers kilomètres à une allure assez sympa, le terrain n’est pas trop mauvais ça aide aussi.

A partir du 3e on commence à plonger dans le sous bois, et quand une centaine de coureurs piétine un sol détrempé, l’eau à vite fais de remonter à la surface et crée d’immense flaque d’eau, certains passages se font même sur des palettes pour passer de petits gués, bref de la course nature dans toute sa splendeur Une chose est sure j’ai fait le bon choix de chaussures avec les speedcross 3, car malgré quelques pertes d’équilibres je ne tomberai jamais alors que je vois quelques participants imbibés de boue, tous les appuis sont fuyant, j’ai une petite appréhension concernant les adducteurs ce n’est vraiment pas le moment de se faire mal à 10 semaines de cette échéance que je prépare depuis presque un an!
Sorti du bois, on est sur la berge, quel plaisir, il y a encore plus de boue…là c’est un peu la lutte pour conserver l’allure et la motivation, il y a des coureurs partout on aperçoit les premiers qui sont déjà loin. 7 jours avant la Garonne est sortie et à fait pas mal de dégâts on remonte vers 2 étangs ou il y a pas mal de passages traîtres car on passe dans de l’herbe épaisse, mais en fait dessous ce sont de vrais marres. On fait demi tour, ça commence à accélérer de l’arrière, certains sont à mi course et ça ce sent, il en ont sous la semelle, du coup ça peut être de bons lièvres, je saute derrière 2 mecs qui vont me faire un peu accélérer, on replonge sur la berge et là vu qu’il n’y avait pas beaucoup de dénivelé, les organisateurs, nous ont fait une session cross-country avec la monté-descente d’une bute à la façon moto cross, et mine de rien, ça à le dont de bien casser les jambes. Je suis à coté d’une féminine qui n’arrête pas de relancer dans tous les sens, ça me fait sourire mais mon orgueil mal placé, me demande de répondre présent, je passe devant, imprime le rythme, et elle va rester dans dans mes chaussures jusqu’à la fin de son parcours…
On repasse sur la trace du début du parcours sur les 8,9,10e kilomètre, là c’est un vrai carnage dans tous les sens du terme, notamment au niveau du chemin, que l’on ne voit plus, il y a plus de 15cm de boue bien liquide, à chaque foulée, mes chaussures disparaissent mais je suis toujours heureux de les avoir à mes pieds, car un coureur devant moi vient de perdre la sienne. La palette sur laquelle on est passé au début est devenue invisible, on sort du bois, ça sent la fin pour plus de la moitié des coureurs, à ce moment là, je me dis vraiment que j’aurais du signer pour le 10.5km car j’en aurai fini mais non il me reste encore 12 bornes.


Par contre je suis étonnamment surpris d’être au milieu de pas mal de coureurs du petits parcours je me dis que finalement j’ai pas mal couru, sachant que je suis venu là pour réaliser ma sortie longue ni plus ni moins.
400m plus loin, le ravito, j’en profite pour faire une première halte notamment pour avaler du coca, j’ai besoin de sucre. Je repars dans la foulée d’un autre coureur, mais il a du gaz, et moi j’ai de plus en plus chaud avec mon coupe vent qui n’est pas forcément respirant. Durant plus de 3 kms, on est sur un sentier relativement plat, pas trop chargé en eau, du coup il faut vraiment être dedans pour imprimer du rythme, on est 2, et à tour de rôle on se relais pour ne pas faiblir, mais également pour se protéger du vent que l’on a en pleine face.
Des bruits assez bizarres ce font entendre, comme des coups de fusil, on est dans une forêt de peupliers, le parcours est sinueux mais en fait, on peut courir tout droit sans forcément suivre la trace, du coup c’est beaucoup moins fatiguant, au bout de se passage, c’est un champs de tir, et un parc de ball trap, non nous ne sommes pas des lapins, mais comme on dit: « j’aime pas trop beaucoup ça… »
Vient LA côte du parcours ;-) (oui c’était vraiment une course nature et non un trail), il faut monter sur le haut d’une berge, mine de rien après presque 5 bornes de plat, ça à vite fait de vous faire monter le cardio dans le rouge, d’ailleurs, le coureur devant moi en pète, et à décider de marcher, derrière ça redescend, j’en profite pour relâcher et souffler, on est environ au 14e.
La suite est assez technique du fait que le sol est tellement meuble, et glissant que le moindre appui vous fais tomber de la pente, on tourne sur la droite, et là un bénévole nous annonce, « vous attaquez la plage! », je lui souris car je vois pas pourquoi il peut nous dire ça. 10m plus loin, je comprends, il y a un mélange de sable et de sédiments, qui colle encore plus que de la boue, et là je souris comme un idiot car je me dis que je suis en pleine préparation Marathon des Sables, et la vie fait bien les choses car je teste le sol ;-) , mais là il manque vraiment deux choses importantes à savoir le soleil et la chaleur!!!
On sort de ce bois, pour retrouver une portion de route la seule et l’unique du parcours (Rémy Jegard, me dira plus tard que ça là qu’il perd quasiment la course…), je me refait là cerise, en rattrapant 2 coureurs, au bout un bénévole réalise un pointage car lorsque je regarde là trace GPS, il y avait vraiment moyen de couper partout…
Il reste moins de 6kms, je sais que les 2 derniers seront sans difficultés mais reste quelques surprises, à ce moment là je suis complètement seul, personne devant, derrière j’entends quelques bruits mais personne en vue, puis 500m plus loin un coureur de Lassere me double, c’est un gars du club de vélo voisin du mien, j’essaye de discuter car là on ne joue plus la gagne, mais il a l’air bien décidé et trace sa route. Tout d’un coup, un bénévole nous appelle pour nous indiquer la direction, le sol est vraiment bizarre, des herbes ou algues de couleurs orangées, lorsque je pose le pied, surprise on est au milieu de marécages, ici la technique est simple: aller vite et être léger au possible en fait on doit faire le tour d’un lac en suivant les berges, ce passage effectué, je continu mon tour en voyant ma prochaine cible un peu plus loin, je monte une bute, et là surprise!!! Il faut traversé un petit bras du lac, les organisateurs nous ont mis des pierres, mais en haut un bénévole me dit de passer à coter car ça glisse. Hors de question, il reste encore 4km, j’ai pas envie de finir les pieds encore pus tempes qu’ils ne sont, alors en mode Koh Lanta, je traverse et ça passe, je ré accélère et derrière j’entends un gros plouf, derrière moi il a eu beaucoup moins de chance.
je repasse dans une partie marécageuse, puis ça sent la fin, je commence à en avoir marre, désormais il pleut, le vent à tourné et on l’a 3/4 face, à partir de cet endroit fini de réfléchir, l’objectif est de remonter petit à petit, et gratter des places. Je remonte le gars de Lassere, puis un kilomètre plus loin je remonte la deuxième féminine, je passe devant le petit panneau 21km, allez le dernier!
J’ai plus grand monde en vu, mais j’essaye de ne pas me faire rattraper uniquement pour le moral, un dernier fossé à sauter, et on revient vers Gagnac, j’entends le speaker dans la salle, je passe un coureur qui fini en marchant, puis voilà la salle, je monte les 5 petites marches, et l’arrivée se fait sur tapis rouge à l’intérieur.

Bilan de cette première compétition en nature: 67/189 en 2h06″26 et 31e de ma catégorie.
Malgré une grosse fatigue résiduelle du à l’accumulation des bornes (la veuille séance EMA d’1h30), mais également par rapport au boulot avec l’ensemble des déplacements, je suis quand même content de la course, j’avais tablé sur 2h00. Prochain rendez vous dès samedi soir sur le 21km du Forest Trail sur mes terrains d’entraînements ou je voudrais passer sous les 2h00.

Nombre de vues : 487 4 commentaire(s)
Christelle P. - 30/01/2013 09:16:16

J'espère que les conditions seront un peu meilleures sur le Forest !!

Répondre Signaler
LAURENT B. - 30/01/2013 09:30:26

Merci pour le CR hivernal...

Répondre Signaler
Bertrand L. - 30/01/2013 09:45:55

Tu vas au forest christelle

Répondre Signaler
Christelle P. - 30/01/2013 10:49:46

Oui je serais sur le 12 km !!!

Répondre Signaler